jeudi 26 juin 2014

Un éclat de givre d'Estelle Faye

Un éclat de givre d'Estelle Faye est paru chez Les Moutons Électriques, au format papier et epub. J'avais été effrayée par le contexte de son précédent roman, Porcelaine, qui se passait en Chine en l'an 200, mais ai décidé de me pencher sur ce post-apo se passant en 2260 et des brouettes, dans un Paris sérieusement abimé.

Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles. Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

Au commencement de l'histoire, ce qui marque, c'est d'une part la personnalité de Chet, bisexuel assumé qui chante du jazz grimé en femme, et d'autre part ce Paris semblant être quasiment revenu au Moyen-âge, si ce n'est ce climat post-apocalyptique quasi équatorial. 

Le personnage principal porte le roman. Il est attachant. Amoureux transi et sensible, il sait aussi se défendre et surtout se mettre dans des situations impossibles. Tout repose sur ses épaules dans ce récit à la première personne.

Durant la première moitié du roman, il m'a été difficile de me sentir dans le futur, malgré les explications cohérentes et fouillées de l'auteur sur la fin du monde. En effet, l'atmosphère qui règne est celle d'un vieux Paris romanesque, en mode cour des miracles. On se sent plus dans un roman de fantasy que dans de la SF post-apo. C'est un mix entre Histoire et technologie un peu déroutant mais finalement agréable.

Cette impression est également due aux nombreux mythes évoqués par l'auteure et distillés au long de l'intrigue (Ariane, Ulysse avec les sirènes, la légende arthurienne avec Galaad, le dealer nommé Echo...). Les clins d’œil à Victor Hugo ne sont jamais loin non plus. 

J'ai beaucoup aimé visiter les lieux mythiques et/ou emblématiques de Paris : les catacombes, la piscine Molitor, Notre-Dame, le jardin du Luxembourg, La Défense... dans ce futur déjanté et surchauffé. Par contre, je regrette d'avoir passé un temps si court dans les sous-sols de Paris (superbe passage !) 

Estelle Faye crée un univers cohérent, derrière lequel on soupçonne énormément de travail. La couverture d'Aurélien Police vient parfaire le tout. 

Pour résumer, Un éclat de givre d'Estelle Faye publié chez Les Moutons Electriques est un roman mélangeant intelligemment les genres (post-apo, mythologie...). La plume de l'auteure sait se faire poétique autant qu'aventureuse. L'atmosphère et les sentiments sont bien rendus et le pauvre Chet malmené sur le chemin de ses 12 travaux ! Une ode à Paris, un vrai petit plaisir de lecture.
Lecture n°9 dans le cadre
du challenge SFFF au féminin
à retrouver sous le tag "auteurEs"

16 commentaires:

  1. Whaouahh , bien joué.
    Ecouter " la bande son" et lire la chronique en même temps, c'est génial, pour moi qui l'ai lu, j'adore !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que la bande son te plaise, c'est un chouette accompagnement !

      Supprimer
  2. Oh c'est très chouette d'avoir créé une playlist en rapport avec le roman :) Ce livre m'intrigue, je l'avais déjà placé en wishlist, et ton avis me donne envie de me plonger dedans.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai lu que deux nouvelles d'Estelle Faye, et il y a un "petit quelque chose" avec cette auteure...
    Je tenterai peut-être le côté roman avec celui-ci, si l'occasion se présente...
    Un bel hommage à Paris sans doute, encore plus si on connait un peu la ville je suppose ?
    En tout cas, tu sais donner envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais un peu Paris, pas plus que d'autres je pense ! Les Catacombes, j'adorerais les visiter, Molitor a eu droit à quelques articles pour sa réouverture il y a un mois (sinon je n'aurais pas su à quoi cela ressemblait !)... cela reste des lieux mythiques, à mon avis le lecteur les visualisera sans problème ;-)

      Supprimer
  4. Vivement que je me trouve un peu de temps pour le lire :)

    RépondreSupprimer
  5. Ah content qu'il t'ait plu, j'ai moi aussi passé un excellent moment avec ce livre. Excellent idée la bande son je vais de ce pas l'écouter, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me fait plaisir que ça vous plaise, j'ai l'impression d'avoir eu une illumination en ayant cette idée lol

      Supprimer
  6. Super, l'idée de la bande son ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  7. Va falloir que je l'achète celui-là ^^

    RépondreSupprimer
  8. Ça donne envie de le lire. Par contre, le format n'est pas évident à mettre dans une valise, j'attendrai le retour des vacances.

    RépondreSupprimer

Pages vues