vendredi 19 mai 2017

Imaginer la pluie de Santiago Pajares

Imaginer la pluie est le premier roman que j'arrivais à lire après ma "panne" de lecture de deux mois. Ce post-apo désertique et très intimiste a été écrit par Santiago Pajares et publié chez Actes Sud.

Il n’a jamais connu que les dunes et le désert, et pour toute compagnie sa mère qui lui raconte un monde détruit par la folie des hommes. Ici point de rose à soigner, point de renard ou d’astéroïde à chérir. La nostalgie n’a pas cours, seul compte ce qui autorise la survie : un appentis pour s’abriter des tempêtes de sable ; quelques palmiers et un puits ; beaucoup de lézards – et de rares légumes.
Consciente que son petit prince devra un jour désirer autre chose, la mère fait de lui le dépositaire de ses souvenirs. Elle lui représente ce qui composait l’existence d’avant : le goût du café fumant, l’arôme des fleurs, la rosée du matin sur les fougères, les notes d’un piano – mais aussi la haine, la cupidité et la guerre. Elle sait qu’un jour il faudra partir, s’arracher à ce lieu familier mais précaire.
À la mort de sa mère, terrassé par le silence, le garçon entreprend un long voyage pour revenir vers les hommes.

Imaginer la pluie est un très beau texte, porté par Ionah et l'histoire de sa vie dans le désert. Les chapitres, courts (5 à 6 pages pour les plus longs) donnent un dynamisme à cette fable sur la solitude.

mardi 9 mai 2017

S'accrocher aux étoiles de Katie Khan

S'accrocher aux étoiles est un roman de SF de Katie Khan paru chez Super 8. Rien que la couverture donne envie de s'y intéresser. Sachez qu'au-delà de la love-story à laquelle on s'attend, l'auteure développe un contexte politique et aborde des idées politico-philosophiques qui font réfléchir. J'ajoute à cela un petit goût de Mes vrais enfants qui fait que la construction du dernier tiers du livre est vraiment prenante / remuante.

Accrochés l'un à l'autre et dérivant dans l'espace, Carys et Max n'ont plus que 90 minutes d'oxygène disponibles. Les deux amoureux se rappellent leur rencontre et évoquent le monde qu'ils laissent derrière eux.

Une belle découverte !

dimanche 30 avril 2017

Suréquipée de Grégoire Courtois

Je vous avais promis que j'allais revenir, et c'est pour vous parler de ce court thriller SF de Grégoire Courtois, paru en poche chez Folio SF : Suréquipée. Une histoire de post-voiturisme :p

La BlackJag est une voiture révolutionnaire composée uniquement de matériaux organiques. Antoine Donnat, le propriétaire du premier modèle, a disparu sans laisser de traces. La police demande à l'équipe qui a conçu le véhicule d'interroger sa mémoire pour reconstituer le quotidien de la famille Donnat et découvrir ce qui a pu se passer.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, ce petit roman bizarre qui ose aller au bout de son propos. 

jeudi 9 mars 2017

Le blog s'endort pour quelques semaines

Il s'avère que je suis un peu fatiguée !

Je vous embrasse mes petites licornes et je reviens très bientôt (probablement courant avril !)

jeudi 2 mars 2017

Les Filles déchues de Wakewater de V.H. Leslie

Les Filles déchues de Wakewater de V.H. Leslie est un court roman paru chez Denoël dans la collection Effroi. Entremêlant deux époques, cette novella parle des femmes, de la symbolique de l'eau... et fait froid dans le dos !

Londres, époque victorienne. Le sanatorium de Wakewater est une sinistre bâtisse située sur les bords de la Tamise qui accueille les jeunes femmes dépressives. On retrouve régulièrement des cadavres de noyées échoués à proximité… 
Londres, de nos jours. Délaissé pendant des années, Wakewater a été transformé en immeuble dernier cri. C’est ici que s’installe Kirsten, à la suite d’une rupture. Elle espère y trouver la paix, grâce au calme réparateur de la Tamise. Au fil des jours, la jeune femme devient de plus en plus obsédée par les secrets que recèle l’ancien sanatorium. Et si les noyées de Wakewater n’avaient pas dit leur dernier mot ? 

Les Filles déchues de Wakewater de V.H. Leslie est un texte court et pourtant j'ai beaucoup à en dire ! 

dimanche 26 février 2017

L'Effet Domino de François Baranger

L'Effet Domino est le nouveau roman de François Baranger publié chez Bragelonne, l'auteur de l'excellent diptyque Dominium Mundi (publié lui chez Critic, mon avis sur le tome 1 et le tome 2). C'est dans un tout autre style qu'il nous revient, après la croisade spatiale, nous voici embarqués dans un thriller dans le Paris de la Belle époque !

Paris, 1907. Un mystérieux « tueur à répétition » fait trembler la capitale en s’attaquant à l’entourage de personnalités célèbres et aux policiers qui enquêtent sur son cas. En plus de la terreur, il sème derrière lui de curieux symboles ésotériques et, dans la gorge de ses victimes, un domino double. La presse accuse «Double Six», un ancien bagnard au torse tatoué, dont la rumeur dit qu’il aurait plusieurs vies. 

Le préfet Lépine confie l’affaire à l’inspecteur Lacinière, un Rennais sans attaches ni famille, qui monte une petite équipe constituée d’une jeune femme noble aux élans féministes et d’un jeune agent qui n’a pas froid aux yeux. Lacinière est convaincu que Double Six n’est pas le coupable. Pour le prouver, il doit retrouver sa trace entre chien et loup, dans le Paris du début du XXe siècle, et résoudre les énigmes que le véritable tueur élabore à son intention... 

L'Effet Domino est un roman très agréable à lire, pour plusieurs raisons :

samedi 11 février 2017

Vacances j'oublie tout !

Plus rien à faire du tout !!!

A part aller voir les copains et Mickey !

Retour des articles après les vacances, donc disons dans 10 jours environ. (Je lis L'Effet Domino de François Baranger et je kiffe ce thriller dans le Paris de la Belle époque.)

Bisous licornes !


mardi 7 février 2017

Maison hantée de Shirley Jackson

Suite à la lecture de la flippante nouvelle Morts sur le Nil de Connie Willis, et à la postface instructive de l'auteure dans son recueil Les Veilleurs, j'ai acquis d'occasion Hantise, ou plutôt Maison hantée  de Shirley Jackson dans l'édition Pocket Terreur de 1993.

D'ailleurs le titre, écrit en 1959, était indisponible depuis des années et a été réédité, comme par hasard (!!!), en novembre 2016 en poche chez Rivages, sous le titre La Maison hantée. Évidemment il a fallu que je l'achète juste avant haha, dommage car c'est une traduction révisée. Mais bon j'aime assez la collection Terreur de Pocket, ça me rappelle mon adolescence :p (C'était la collection qui publiait King, Straub, Koontz, Barker, Masterton, Rice, J. Herbert, etc.)

Le roman a été adapté par deux fois à l'écran, d'abord en 1963 sous le titre La Maison du diable par Robert Wise, puis en 1999 sous le titre Hantise par Jan de Bont (une purge apparemment).

Hill House est une immense et lugubre résidence, construite au XIXe siècle par le richissime industriel Hugh Crain. C'est une monstruosité architecturale, labyrinthique, ténébreuse, lourde de terribles secrets. Un chercheur, fasciné par les phénomènes paranormaux, réunit dans la vieille demeure trois sujets, dont la personnalité lui paraît propre à susciter des manifestations surnaturelles.

Pages vues